2012/2017 : UN QUINQUENNAT DE M...

Par Marc Prévost :: 13/01/2011 à 20:20 :: Le monde selon moi

Simple. Si la majorité perd l'Elysée, le Front national de Marine Le Pen lance l'OPA dont elle a toujours rêvée sur cette droite sonnée par l'alternance. L'UMP explose en plusieurs tendances. Copé, d'un côté, les libéraux de l'autre, les centristes... La nouvelle présidente prépare les prochaines échéances de 2017 avec l'espoir d'être investie, après des "accords" locaux pour les municipales et les territoriales de 2014. Recomposition à droite.

Si la gauche perd, deux cas de figure. Le fameux 21 avril 2012 (voir billet du 06/01/2011, Mélenchon se déballe), autant dire qu'une quatrième défaite avec disparition dès le premier tour aurait la même conséquence qu'une explosion atomique sur le PS. Recomposition à gauche : les alliés montrent leurs dents et leurs muscles, les barons locaux se terrent au fond de leurs territoires, le PS est jugé inapte et risque scissions et sécessions. Si le candidat socialiste (peut-il y en avoir un autre à gauche ?) échoue au second tour, ce quatrième échec asséné aura l'effet d'un coup de massue sur ce même PS, qui aura perdu toute crédibilité. Décomposition à gauche. Pour l'UMP comme pour le PS, un quinquennat de m...Voilou.

Tout ça pour dire que l'élection présidentielle de l'année prochaine revêt un enjeu quasi existentiel, une sorte de quitte ou double, pour les deux grandes formations de notre vie politique. Il y aura donc un mort.