LE GRAND CHAMBARDEMENT

Par Marc Prévost :: 07/01/2011 à 10:14 :: Région

Ca y est, la grande assiette au beurre socialiste est en train de tourner. Après René Vandierendonck, le maire de Roubaix qui transmettra le flambeau de sa mairie après son élection d'automne au Palais du Luxembourg (voir billet le Théorème de Vandiérendonck, du 9/10/2010), c'est au tour d'Yves Durand, le maire de Lomme qui affirme (ce matin dans VDN) laisser la place - il songe à Roger Vicot - s'il est reélu à l'Assemblée nationale en 2012. Pas si évident que çà : en 1993, il avait courbé l'échine devant une Françoise Hostalier conquérante de la 11 ème circonscription...

Tout dépend, on le voit, de la présidentielle et de ses conséquences sur les législatives quelques semaines plus tard. Gageons que si le successeur d'Arthur Notebart dans cette commune socialiste jusqu'à la moelle s'engage ainsi, c'est qu'il y croit. Si l'on ajoute le renoncement d'un Bernard Derosier, député de la 2 ème, à prolonger son bail au conseil général du Nord (qui devrait échoir au lillois Patrick Kanner en mars prochain), et les interrogations qui pèsent sur les trajectoires des autres grands barons (Michel Delebarre, Daniel Percheron,...voir billet du 22/12/2010: de Saintignon...), il devient patent que ces petits ajustements vont faire un grand chambardement. Voilà qui donne le "la" des élections locales à venir. 2012 ne sera pas 2007, et 2014 ressemblera peu à 2010.

Ajouté aux lois de la biologie et du bousculement des générations, le fait est d'importance. Il faut y voir la volonté de la première secrétaire du PS de renouveler les élites avant le grand assaut de l'année prochaine et d'accréditer dans l'opinion la stratégie du "décumul" des mandats. A fortiori dans son propre fief. Une grille de lecture à appliquer aux autres régions, naturellement (en particulier Languedoc-Roussillon, Bouches-du-Rhône,...) et quelques réserves à formuler quant à la réalité de cette posture : les intercommunalités-cimetières et autres fromages du cru permettent d'apaiser la douleur d'un abandon contraint. Dernière question : à qui, au parti socialiste, engagé dans la course à l'échalote des primaires, ce grand nettoyage de saison profitera-t-il ?

* Décidément, Lomme joue un rôle original dans le destin de la métropole lilloise. Fief de l'ombrageux Notebart, patron de la communauté urbaine jusqu'en 1989, qui n'hésitait pas à river son clou à son puissant voisin Pierre Mauroy, c'est la fusion avec Lille il y a dix ans qui offre à Martine Aubry les clés de la capitale des Flandres. Aujourd'hui, son premier magistrat - faux air avec cet autre lillois fameux qu'était Philippe Noiret - décide une nouvelle fois de jouer les Alexandre le bienheureux en apportant de l'eau au moulin de sa famille.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :