MARTINGALE VOLE !

Par Marc Prévost :: 16/12/2010 à 18:20 :: Le monde selon moi

C'est la nouvelle hypothèse qui court, que dis-je, qui vole sur le net. Du côté de certaines chapelles centristes, on ne balaie pas une éventualité qui rebattrait quelques cartes stratégiques en ces temps de pré-campagne. Borloo premier ministre de DSK président. Il paraît même qu'ils se sont rencontrés, il y a peu...alors évidemment, les commentaires s'enflamment, et la rumeur bruit comme un essaim d'abeilles postales pour apporter la bonne nouvelle. Encore faut-il que DSK soit président ! Et pour çà, il faut qu'il se présente, et pour se présenter, il lui faut gagner les primaires à gauche. Mais en théorie, l'idée est plausible.

Outre qu'elle ne fonctionne à plein que si le candidat de la droite est Sarkozy, car si Fillon réussit à placer sa candidature (peu probable) le ticket DSK-Borloo aura moins de prise sur l'électorat de droite lassé de Sarkozy et tenté par une alternance quelle qu'elle soit. Un tel tandem aurait l'avantage de fixer un maximum de voix centristes (moi, je me base toujours sur les 16 % de Bayrou au premier tour de 2007) voire des voix habituellement de droite mais déçues par le bling bling et la fiscalité (par exemple). Ce dès le premier tour, et de lancer un élan pour le mano a mano du second tour. Restons sur l'option DSK vainqueur de Sarkozy, alors, comme nous le proposent sondeurs et experts. En arithmétique électorale cela s'appelle une équation centre gauche + centre droit.

Le seul vrai problème - et il est de taille - c'est de convaincre le PS d'une telle entente - pas sûr que les éléphants, Aubry, Fabius, et surtout Hamon - en acceptent l'augure. Qui ne pourrait trouver un commencement de réalité qu'au prix d'une scission du PS, disons vers la fin de 2011. La gauche du PS reléguée autour de 15 % tous candidats confondus (Mélenchon, extrême-gauche, EE-Les Verts) verrait ses électeurs libérés pour le second tour.

Autre avantage : ainsi pris dans l'étau, Sarkozy pourrait même disparaître si Marine Le Pen fait flèche de tout bois. Plus de problème pour le second tour. Autre inconnue : l'itinéraire de François Bayrou qui ne voudra pas rester inerte avant le premier tour*...

En ce qui concerne Borloo, on rappellera gentiment que, maire de Valenciennes et en rupture de ban UDF modèle Bayrou, il avait entrepris Jospin quelques semaines avant le premier tour de 2002 pour lui offrir ses services en cas de victoire !

* On aura une idée du gouvernement DSK-Borloo en tout cas...Bayrou au Quai d'Orsay, Aubry à Bercy, Hollande à la justice, Fabius à la culture, Cécile Duflot à l'écologie (oui, je sais, elle a dit que ce n'était pas automatique un écolo à l'écologie, comme les antibiotiques... à la santé, alors), Corinne Lepage aux Transports, Marielle de Sarnez à l'économie numérique, ...allez...paroles...paroles.