AUBRYINCOMPATIBLE

Par Marc Prévost :: 15/12/2010 à 10:32 :: Région

Bernard Frimat n'était pas aubrycompatible. En fait, il ne l'a jamais été, l'ancien prof d'économie à la fac de Lille, sénateur socialiste qui ne digère pas sa mise à la retraite forcée. Son interview sur public Sénat.fr est une pierre de plus à apporter au dossier, et l'on appréciera les amabilités qu'il décoche, à Audrey Linkenheld en particulier, une Aubry girl, adjointe à Lille, propulsée numéro 2 de la liste nordiste ("d'autres candidatures auraient été plus attractives..."). Suprême avanie, il n'aura même pas vécu un mandat complet de sénateur socialiste du Nord puisqu'il a succédé à Dinah Derycke-Caudron, disparue quelques mois après le début de la législature (septembre 2001).

Résumons : ancien adjoint aux finances de Gérard Caudron à Villeneuve d'Ascq, cet autre pestiféré du PS qui s'entend avec la première secrétaire comme un dominicain avec un jésuite, opposant résolu au système Borloo* à Valenciennes, cette terre de mission où il fut envoyé dès les années 90, comme un père blanc s'en va évangéliser des ouailles qui avaient oublié jusqu'au mot de socialisme (Valenciennes a longtemps été RPR et entourée d'une ceinture rouge communiste), noniste pendant le référendum sur le traité constitutionnel européen de mai 2005 (Martine "ouiste" convaincue), delanoïste pendant le congrès de Reims (Titine de Fer n'était même pas aubryste...), et, horresco referens, "royaliste" en novembre 2006 pendant les premières primaires du PS...

Alors, évidemment, avec un tel pedigree...il ne pouvait que passer par dessus-bord de la nef socialiste en partance pour le Palais du Luxembourg.

*Faut-il rappeler l'estime affichée dans laquelle Titine de Fer tient l'ancien ministre de l'écologie du gouvernement Fillon (voir billet : Son meilleur ennemi, du 17/06/2009) ?