PRIMAIRES : ON PREND SON TICKET

Par Marc Prévost :: 30/11/2010 à 11:37 :: Le monde selon moi

Martine Aubry doit être vexée. Dans son annonce de candidature, Ségolène Royal désigne Dominique Strauss-Kahn comme son meilleur Premier ministre. Et la maire de Lille, alors ? Outre l'argument du "ticket", décidément de plus en plus utilisé*, la présidente de région Poitou-Charentes a oublié la première secrétaire. Tout simplement reléguée au rang de majordome du parti, la Titine de Fer ! Il faut naturellement y voir la volonté d'écarter la première secrétaire du jeu de la désignation et de lui indiquer le chemin de la porte, à tout le moins de sérieusement lui savonner la planche des primaires si elle se décidait à plonger dans la fournaise. Fini, ce pacte qui a tant fait jaser. DSK le candidat hors sol, Royal la candidate hors parti. Pour ces deux-là, l'ennemi commun c'est le parti socialiste, incarné par Martine Aubry. Royal n'a pas oublié son chemin des Dames pendant la campagne de 2007. DSK n'a jamais prisé les arcanes de la Rue-de-Solférino et la gauche du PS le snobe depuis longtemps. Mais les termes du "ticket" sont-ils figés ? D'ici janvier 2012, peut-on s'attendre à voir émerger de nouveaux noms dans le dispositif, voire une simple inversion du ticket, du genre DSK, président et Royal, PM, ou autre ? On attend la réaction de Martine Aubry**.

Ces primaires socialistes ressemblent de plus en plus à une course poursuite : celui qui démarre - et prend son ticket - prend un avantage sur ses adversaires toujours susceptibles de le rattraper et de faire la peau à l'audacieux. Bref, on en sait pas plus.

* Certes, le PM est nommé et non pas élu, comme l'est le ticket américain entre le PR et le vice-président. Mais peut-on y voir l'affirmation d'une sorte de vice-président "à la française", à tout le moins pendant la campagne électorale, avant que les institutions, et surtout leur pratique, ne reprennent leurs droits ? Pas de quoi clarifier les rapports entre le PR et le PM.

**"Martine pense que le candidat" à la présidentielle "doit se déclarer le plus tard possible pour subir le moins d'attaques possible de la droite. Moi, je pense que l'on ne rentre pas dans une bataille à reculons", a expliqué Ségolène Royal. Comme si la désormais candidate aux primaires dirigeait le PS...

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :